Les cours à la française

Description rapide

Pas facile de se repérer à la fac quand on n’est pas du pays. L’administration, les cours, les examens, la notation, l’organisation du cursus : tout est différent. Avantage aux grandes écoles ! Les étudiants étrangers y sont mieux encadrés et pris en charge. Mais, là encore, difficile de s’adapter aux méthodes de travail. Autre mentalité, autre tradition d’enseignement : bienvenue dans les écoles à la française.

les cours en france

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Détails

Pas facile de se repérer à la fac quand on n’est pas du pays. L’administration, les cours, les examens, la notation, l’organisation du cursus : tout est différent. Avantage aux grandes écoles ! Les étudiants étrangers y sont mieux encadrés et pris en charge. Mais, là encore, difficile de s’adapter aux méthodes de travail. Autre mentalité, autre tradition d’enseignement : bienvenue dans les écoles à la française.

 

 

A l’université

 

A la fac, il faut compter de vingt à trente heures de cours par semaine, répartis entre cours magistraux en amphithéâtres de cent à mille places, et travaux dirigés (TD) ou travaux pratiques (TP) pour les matières scientifiques. Pendant les cours en « amphis », les élèves prennent en notes tout ce que dit l’enseignant. En général, les cours magistraux ne sont pas propices aux débats mais les étudiants peuvent aller voir le professeur à la fin de la séance pour lui poser des questions. Même si la présence des étudiants n’est pas contrôlée, mieux vaut ne pas « sécher » (= ne pas se rendre à un cours) car les examens portent aussi sur les cours magistraux.


Les TD/TP, eux, sont obligatoires, la présence des étudiants est surveillée. Ils ont lieu en plus petits groupes dans des salles et servent à approfondir les sujets vus en amphi ou à les mettre en pratique. « En France, nous sommes très scolaires et les heures de cours sont nombreuses. Cela choque souvent les étrangers qui sont habitués à plus d’autonomie, à travailler par eux-mêmes », fait remarquer Christian Attiogbé, professeur d’informatique à l’université de Nantes. En France, c’est au niveau du master et du doctorat que les étudiants ont plus de temps pour se consacrer à des recherches pour leur mémoire ou leur thèse. 


Les partiels. L’année scolaire à l’université s’étend d’octobre à juin et se divise en deux semestres. A la fin de chaque semestre, les étudiants passent des examens : « les partiels ». Leur évaluation est aussi basée sur les notes obtenues tout au long de l’année, pendant le « contrôle continu ». « Notre système de notation est également très différent... A l’étranger, il est possible d’obtenir un A. Il faut expliquer aux nouveaux venus qu’ils ne sont pas mauvais élèves parce qu’ils ont obtenu un 16/20 et non pas un 20/20 », ajoute Christian Attiogbé.

 

 

Dans les grandes écoles

 

L’enseignement dans les grandes écoles est davantage calqué sur celui du secondaire. Les heures de cours sont nombreuses et les classes plus réduites. « Selon les nationalités, les étudiants arrivent plus ou moins bien à s’adapter », explique Laurence Lambert, responsable de pôle international à l’ESC Rennes (Ecole supérieure de commerce de Rennes). « Les Asiatiques ont l’habitude du par cœur et sont un peu perdus quand on leur demande de la réflexion et de l’application, par exemple, avec la méthode des cas. Les Anglo-saxons, eux, sont très forts en rédaction de mémoires ou de thèses et nous apportent leur grande créativité. Mais ils ont plus de mal avec les cours pratiques », ajoute-t-elle. 



La valeur ajoutée de l’enseignement français : il apprend aux élèves à structurer leur pensée, à appliquer leur savoir au monde de l’entreprise, à travailler en groupe et à participer activement. Pour Didier Vray, directeur des filières internationales à l’INSA de Lyon, les étudiants étrangers apprécient cela. « Des étudiants de Shanghai ont le choix entre les meilleures universités chinoises. Pourtant, ils viennent en France car ils y ont la possibilité d’apprendre le français et de bénéficier d’une formation plus ouverte et plus concrète ». 

 

 

Article issu de : https://www.letudiant.fr/etudes/international/venir-etudier-en-france_1/les-cours-a-la-francaise.html

Mots clés du produit

Utilisez un espace pour séparer les mots clés. Utilisez l'apostrophe (') pour rédiger une phrase.